Photo en Une : © D.R.


A Spring in Lisbon, un reportage de 24 minutes sur la scène électronique lisboète, vient de paraître ce samedi 15 décembre. Ce court-métrage en anglais (des sous-titres en français sont disponibles) a été coréalisé par Mogan Dherbeys, Melchior Ravier et Nicolas Breche de Play The DARE night, la branche média du collectif The DARE night qui organise des soirées dans la région de Grenoble.

   À lire également
La liste parfaite pour Noël : 5 films et docus essentiels sur la musique électronique

Leur documentaire part à la rencontre de la scène électronique de Lisbonne lors d'un printemps. Un symbole de renouveau  la capitale profite de sa position géographique unique, au carrefour des cultures, et d'un gouvernement désormais ouvert à la culture« Honnêtement, on a une super relation avec le gouvernement actuel, parce que le précédent était vraiment déconnecté du monde de l'art et s'occupait uniquement de l'austérité. (…) Ils ont coupé le ministère de la Culture, ils l'ont fait disparaître, mais les nouveaux sont totalement différents. Ils sont très en contact avec nous » allègue Gustavo Rodrigues, DJ et producteur lisboète. Ainsi, la ville jouit d'une émulation sans pareil.

Les artistes et promoteurs interrogés y expliquent aussi en quoi l'aspect cosmopolite de la ville contribue à la dynamique de la scène. « Ce n'est pas qu'une ville qui symbolise un pays. Elle le symbolise en un sens, mais elle est ouverte au monde, elle a colonisé et s'est fait envahir. Si quelqu'un vient d'Afrique du Nord ou de France, il trouvera toujours un endroit qui lui parlera » remarque Batida (Soundway, Crammed Discs), l'un des acteurs de la popularisation du kuduro en Europe. D'autres acteurs de cette scène en plein essor tels que, Moullinex, Rastronaut, Fuse Records ou encore Flow Records ont apporté leur contribution à la réalisation de ce projet.