Photo en Une : © D.R.

Après New York, Berlin, Detroit, Paris et bien d’autres, il était plus que temps pour la capitale anglaise de faire l'objet d'un épisode de Real Scenes – d'autant plus qu'elle a subi récemment de gros bouleversements, la nomination de la Night Czar et l'affaire Fabric ayant cristallisé l'année dernière les débats autour du futur de sa nuit.

Le documentaire remonte aux racines, et s’intéresse à la scène reggae et dub apparue avec l’arrivée des immigrés caribéens durant les années 50 ; les fondations pour la jungle, le dubstep et le grime étaient posées. Le reportage se poursuit sur un angle plus politique quand Floating Points aborde la question du Brexit et de ses répercussions, ou lorsque est passée au crible la position des pouvoirs publics vis-à-vis des clubs, entre dialogue et rigidité. Un volet social est également soulevé par les intervenants du collectif SIREN, qui milite pour les droits des femmes et le respect de chacun sur les dancefloors, mais également par Ben UFO, que l’on voit en train de digger chez Rye Wax, un disquaire qui se double d'un café et galerie d’art : plusieurs visions d'une fête toujours vouée au partage et à l'accomplissement de soi.

Mais comment parler de l’underground musical londonien sans évoquer les radios ? Les stations pirates légendaires des 60's ont laissé place à NTS et Radar, deux des plus importantes radios musicales alternatives de la capitale britannique, dont on visite ici les studios – l’occasion de montrer l’importance des radios dans le développement de la scène grime.

Un documentaire traitant donc des aspects à la fois artistiques, politiques et sociaux de la musique électronique underground londonienne ; à son patrimoine, ses ambitions et son avenir.