Photo en Une : © D.R.

« Je préfère semer la confusion plutôt que de m’imposer des limites. » Frederick Sugden, le cofondateur de Loose Lips, a une vision bien ancrée de l’éclectisme. « On ne fait pas dans la diversité par principe. On ne veut pas tout englober, mais être ouverts à tout. C’est clair qu’au niveau marketing, c’est assez compliqué, mais je m’en fous. » Sages paroles. L’aventure Loose Lips démarre en 2014, avec une simple soirée. Aujourd’hui, des événements club à Londres, Manchester se doublent de sessions live mensuelles ouvertes à tous les styles, dont les recettes sont reversées à des œuvres de charité. Une émission de radio et des podcasts hebdomadaires, un webzine et un label complètement le tableau.

Chez Loose Lips, on trouve des MC, des DJ, des photographes, des designers… Et dans leurs bacs, c’est de l’ambient des années 70, du Ninja Tune, de la Chicago house, du hip-hop. Bordélique ou poétique, c’est selon. En guise de portrait-robot, 10 membres du collectif nous ont chacun sélectionné un track, pour une playlist aux allures de cadavre exquis.

1. King Krule - Alisha (sélectionné par Rico Casazza)
“J'ai découvert ça récemment. J'adore cette approche soul avec un beat trip-hop. C'est doux, et la voix est magnifique.”

2. ISO68 – Vom Wer Zur Sonne (sélectionné par DanBe)

"Ce track vient d'un ancien label allemand. C'est quelque chose de très profond, calme et relâché, comme un rêve. Pour moi, il coche toutes les cases : des rythmes posés, des synthés répétitifs qui se juxtaposent à des phases de piano plus complexes. Je trouve que la combinaison des synthés et des vocals fonctionne très bien. L'atmosphère est propice à la réflexion, alors même que l'on ne comprend rien à ce que dit la voix."

3. N.Y. House'n Authority - APT.1B (sélectionné par Joel Baker)

“Il y a quelques années, je rentrais chez Rush Hour, le disquaire d'Amsterdam. C'était le lundi après le festival Dekmantel, et c'est peu dire que j'avais le blues. Un des gars qui travaille là a passé ce disque, et les dernières réserves de sérotonine qu'il me restait m'ont submergé, et je me suis mis à sourire sans pouvoir m'arrêter. J'ai acheté le disque sur le champ. Je n'avais jamais entendu parler de NU GROOVE, mais c'est aujourd'hui l'un de mes labels favoris.”

4. Aphex Twin - Vordhosbn (sélectionné par Rommek)

“La juxtaposition parfaite entre une belle mélodie et des drums lourds et complexes. Ça crée une vibe puissante, incomparable.”

5. Connan Mockasin - Forever Dolphin Love (sélectionné par Treece)

“Ce track me rappellera toujours ce moment hilarant lors d'une interview entre Medallion Man et Jackmaster. Jackmaster l'avait joué dans son set, et une chose amenant une autre, l'interview a dérivé jusqu'à ce que l'on demande à Jackmaster s'il avait déjà pensé à faire l'amour avec un dauphin ! Plus sérieusement, c'est un track inoubliable d'un artiste sous-estimé.”

6. William Onyeabor - Atomic bomb (sélectionné par Alex Miriski)

“Willian Onyeabor est un artiste nigérian des années 70, qui n'a pas voulu diffuser ce qu'il faisait pendant longtemps. Il a fallu toute la détermination et l'obsession d'un label de Los Angeles pour finalement produire et distribuer trois œuvres incontournables de la musique nigériane.”

7. Sonic Youth - Cool Thing (sélectionné par Paxman)

“Grâce à mes parents et à ma sœur, j'ai passé la majeure partie de ma jeunesse à écouter du grunge et du rock psychédélique. Kool Thing est le premier track de Sonic Youth que j'aie entendu, sur un 33 tours bien voilé. Bien que je sois maintenant obsédé par les productions électroniques bien chiadées, rien ne vaut le côté chaotique et abrasif du grunge.”

8. Paul Jebanasam - Rites I (sélectionné par T-Scale)

“Je prends toujours un moment avant de poser le diamant sur ce disque. Il faut l'écouter seul, avec les lumières éteintes ; cela induit des visions claires d'un futur désolé, avec quelques touches de sincère nostalgie.”

9. Mari Kvien Brunvoll - Everywhere You Go (Villalobos Celestial Voice Resurrection Mix)

“Ce track est spécial pour moi, à plusieurs titres. D'abord, c'est une musique phénoménale ; la manière dont les vocals d'abord timides prennent vie durant la seconde partie du track, c'est superbe. Je me souvient aussi avoir vu Villalobos en personne jouer ça à Fabric. C'était la première fois que j'entendais ce track, j'étais ébloui.”

10. Universal Soldiers - Five Finger Discount (sélectionné par Medallion Man)

“J'ai choisi celui-ci avec notre photographe Finnegan. Le meilleur de Londres, une tuerie.”