Photo en Une : Sylvain Lewis

Entre Teki Latex et Kiddy Smile ? Une grande histoire d'amour-haine. "Il m'écrivait sur MySpace pour dire que ce que je faisais était très mauvais et que je devais arrêter la musique." Sacré départ. Et pourtant, c'est Kiddy qui initie le boss de Sound Pellegrino à son univers ballroom et voguing. Introduit auprès de Lasseindra Ninja, la légende parisienne du mouvement, Teki finit même DA de ses soirées estivales, Crème de la Crème, au Wanderlust. Réconciliation.

Si le ballroom et la house music sont les deux brins parallèles de l'ADN de Kiddy, transpirant dans son style et sa musique, le jeune homme de 27 ans tempère : "Ce n'est pas ma carrière, seulement ma passion." Selon son humeur, il choisit entre céder à ses envies de porter des fringues tape-à-l'œil ("Il faut qu'on puisse me repérer dans la rue et se dire : ce mec serait super pour une suite du 5e Élément") et se conformer à la simplicité ("Je ne veux pas détourner l'attention lorsque je fais sérieusement de la musique"). Schizophrénie ? Une simple envie de varier, peut-être. Un recul teinté d'humilité, sûrement : "Plein de gens peuvent jouer ce que je joue. Mais la différence se fait aussi pour mon look atypique."

Kiddy Smile - Let A B!tch Know

En janvier, lors d'une Boiler Room aux côtés de Teki, ce sont pourtant bien les talents de sa musique et de son image qu'il a su conjuguer. D'ailleurs, Kiddy se dit "très content" d'avoir très récemment signé chez Defected, avec le clip "Let A B!tch Know", sorti en juillet, sans aucun doute l'un des plus iconiques du moment. Une raison de plus de le shooter dans nos pages, avant qu’il ne devienne totalement inaccessible.

Texte rédigé par Théodore Hervieux pour les pages mode du Trax #195 avec Kiddy Smile

Kiddy Smile ©Xenia May Settel
©Xenia May Settel

Ce qu'en dit Teki Latex

"À l'image de la ballroom scene parisienne dont il est l'un des parrains, Kiddy Smile personnifie la rencontre entre la musique et la mode. Certains ont vite fait de marier ces deux univers maladroitement et pour les mauvaises raisons, Kiddy le fait avec passion, extravagance et profondeur, tout en y apportant un message."