Bonus : l'écoute en avant-première du track "Greasier", issu de ce premier album.

5 tracks par Ivan Smagghe

1/ Polyrock - Your Dragging Feet (RCA), 1980

“Mon disque préféré des 80’s” est une catégorie qui change toutes les semaines. Puis, au fil des années, il y en a qui restent, Memorabilia, This Fear of Gods de Simple Minds. Puis cet ovni produit par Philip Glass, le seul moment magique d’un album perdu.

2/ Gigi Galaxy - Lips So Sweet (Tektonika), 2003

One word : PULP. Un des tubes des soirées Kill The DJ. The sound of sleaze. Gary est un génie méconnu. Je me souviens du moment où je suis allé le chercher à l’aéroport. On aurait dit un comptable russe : pantalon à pinces, catogan… Un mec adorable et passionnant, loin de la réification habituellement dévolue aux artistes de Detroit.

3/ The Beloved - Acid Love (white label), 1988

Le revival old school, c’est pas trop notre truc a priori. Sûrement parce que la naïveté de ces disques est inimitable. S’il fallait en choisir un, ce serait peut-être celui-là, un peu plus rare. Je le rejoue en ce moment. Anglais mais hommage pour mes amis West Coast.

4/ Renée - Lay Me Down (QCumber), 1980

“How can there be another last record ?” Le disque de fin de nuit. 1980, Hollande. Renée et son funk triste.

5/ The Conservatives - Loneliness (Viewlexx), 2003

Electroclash ? Le gros mot est lâché ! Pffff… Who cares... C’est un disque parmi d’autres, des souvenirs, une attitude qui m’est restée, je suppose. Si ça vous rassure, Helena Hauff le joue tout le temps.

5 tracks par Tim Paris

6/ Jane Weaver - Don’t Take My Soul (Finders Keepers), 2014

Elle enchaîne les albums sans faute de goût depuis quelques années déjà. Comme une amie sonore, un univers proche mais pas conjoint.

7/ Mark Pritchard - ? (Warp), 2016

On a pas mal échangé à propos de Under The Sun, l’album de Mark Pritchard sorti au printemps dernier : c’est vraiment un disque impressionnant. J’adore ce morceau qui ouvre le disque, il n’a pas l’air de dire grand-chose et pourtant, je le considère justement comme un morceau référence, entre les avancées techniques depuis l’avènement du home studio et une musique instrumentale enregistrée à l’ancienne.

8/ Foremost Poets - Reasons To Be Dismal ? (Late Night Blunt Mix) (SBK), 1990

Voici encore un artiste qu’on adore tous les deux, peut-être l'un des plus intéressants – et chelou – de la scène house américaine historique. On a choisi ce morceau là mais il y en a plein d’autres qui sont exceptionnels : "War With The Devil", "King Of Clubs"…

9/ Anthony Rother - Basic Level (Kanzleramt), 1997

Le premier maxi d’Anthony Rother. Tous les titres sont géniaux sur ce disque. « Certains l’aiment froid », disait l’autre. Une influence tellement évidente qu'on a tendance à l’oublier.

10/ Normil Hawaiians - Ignorance Is Strenght (Illuminated), 1984

Un magnifique morceau de rock 80’s, étrange avec ses changements qui interviennent un peu n’importe quand… Enfin, en apparence seulement. Le hasard n'existe pas sur ce disque. Malheureusement, ce lien YouTube ne le propose pas jusqu’à la fin, il n’en existe pas d’autre et les quarante dernières secondes sont importantes. Get digging !

It's A Fine Line, premier album le 26/08/16 sur Kill The DJ
Disponible sur iTunes et Juno

it's a fine line
Artwork