Photo en Une : © D.R


Le Medellin ouvre ses portes dans un lieu empreint d'histoire : celle du Baron, où le Tout-Paris s’encanaillait dans une ambiance luxe et volupté, voyant barboter dans sa piscine à champagne Björk, Sofia Coppola, Kate Moss, Scarlett Johansson, Mick Jagger ou encore Pete Doherty... Il avait ainsi fermé en 2003 pour suspicion de proxénétisme, avant de remettre le couvert, nouveau patron, nouveau décor et même gratin jusqu’en 2016.

Ce mois-ci, le lieu rouvre ses portes. Le Baron devient Medellin et se réinvente avec une ambiance non moins sulfureuse mais plus exotique. « On se déhanchera jusqu’au petit matin comme au Carnaval de Barranquilla sur les bangers latino hip-hop et électro grâce aux DJ's résidents et musiciens venus directement d’Amérique du Sud, avant d’allumer un cierge et de se recueillir sur la tombe de Pablo Escobar », s’enthousiasme Oopsie Blog. Le décor multiplie les clins d’œil au narcotrafiquant : la série Narcos est diffusé en boucle derrière le bar pendant que les serveuses en gilet par balles enjambent des paquets (factices) de marchandise douteuse pour servir aux clients des cocktails aux noms de tueurs à gages.

   À lire également
Le festival Nuits Sonores part faire le tour de la Colombie avec la fine fleur de la techno/house française 


Peut-on faire d'un dealer sanguinaire une égérie branchée ? Deux semaines après son ouverture le 12 novembre, commentaires acerbes et tweets peu amènes accusent le club de faire l’apologie d’un criminel, surfant sur la popularité d'une série télévisée qui elle-même romantise une guerre aux conséquences encore prégnantes pour les Colombiens. Ceux résidant à Paris ont d'ailleurs lancé une pétition pour la fermeture du bar, ou au moins pour un changement de concept. Ils soulignent, sans compter l'apologie d'un « personnage néfaste pour la Colombie », l'usage de la culture mexicaine sous le nom d'une culture colombienne. « On trouve ce concept tout simplement honteux ! Vous ne devriez pas jouer avec la mémoire des personnes qui sont mortes à cause de ce type et du trafic de drogue. Ce bar est tout simplement une apologie au crime et à la consommation de drogue. » Ils ont déjà atteint 4 556 signatures.

 

L'ouverture du Medellin n'aurait peut-être pas été tant remarquée sans les frasques de l'auteur Frédéric Beigbeder. Tout juste sorti de la soirée d'ouverture du lieu, il s'excusait lors de sa chronique hebdomadaire au micro de France Inter : « J’avais vraiment écrit une chronique super brillante (…) mais je l’ai perdue hier soir vers 3 heures du matin dans une nouvelle boîte qui s’appelle le Medellin. » Après trois minutes à patauger sous l’œil inquiet de ses collègues, l’écrivain humoriste rendait l'antenne – pour la dernière fois, puisque sa performance lui aura valu d'être débarqué de la Matinale. Une chose est sûre, les mojitos ("les plus chers du monde", affirme Freddie) du Medellin doivent être bien dosés.