Photo en Une : © Ken Ishii


Depuis 1993, Ken Ishii apparaît régulièrement chez R & S Records, aux côtés notamment de Aphex Twin ou Jaydee. Sa techno futuriste et menaçante, fortement influencée par celle de Detroit, n'a rien à envier aux plus grands. Jeff Mills, The Belleville Three, Laurent Garnier... Ken Ishii ne tardera pas à rejoindre le rang de ces DJ's incontournables, qu'il apprécie tout particulièrement. Son essor, il l'aura connu grâce à son enfance, au cours de laquelle ses parents n'écoutaient presque pas de musique ; une aubaine pour lui, qu'il décrit comme « une situation que j'ai pu tourner à mon avantage, en entrant directement dans la musique que j'aimais par moi-même – principalement électronique. » Son univers sombre et déstructuré sera parfaitement illustré dans le clip vidéo de son titre Extra par le réalisateur et animateur de films d'animation Kōji Morimoto – connu pour son travail sur Akira, référence du manga japonais et du film d'animation sorti en 1988 ou The Animatrix – sorti il y a presque dix ans déjà.

   À lire également
Paris : Une légende de la techno japonaise à la Maison de la Culture du Japon ce week-end

La France a accueilli Ken Ishii pour la première fois au Rex Club à Paris en 1995. Depuis, il a joué dans plusieurs villes françaises, toujours avec la même ferveur, car pour le maître japonais, le public français partage toujours « un enthousiasme et une énergie débordants ». Quand on lui parle de la scène japonaise en 2018, Ishii nous décrit une scène « branchée sur ce qui vend, comme l’EDM ou la bass music ». D'après lui, ces musiques marchent fort, mais la techno underground reste bien présente dans des lieux tels que l’Ageha et le Womb à Tokyo, mais aussi le club Mago à Nagoya. « Ce sont des endroits reconnus pour leurs bonnes vibes, explique Ken Ishii. Où on peut observer les artistes phares du mouvement techno que sont aujourd’hui des gens comme Takkyu Ishino, Q'Hey, Sodeyama, Takaaki Itoh et DJ Nobu. Ils sont toujours super actifs. »

Ken Ishii, véritable icône techno au Japon comme ailleurs, fait son retour en France pour participer à la soirée Techno Story. Organisée par l’association Kontakt Prod, la soirée prévoit également des sets de Greg Toxic - prédisent du crew Kontakt Prod -, mais aussi Oly Mc, organisateur d’évènements électroniques dans l’Est de la France et Mehdi Mitchell, ancien membre fondateur du collectif Les Manges Disques. L’artiste Hyperativity se chargera de la scénographie. Et en attendant la soirée, on vous laisse découvrir une playlist composée de ce que Ken Ishii considère comme l'essence de la musique électronique japonaise. 15 tracks, dont bon nombre de raretés, introuvables sur Internet – Trax en a tout de même dégoté 8, à écouter ci-dessous. 

Toutes les informations sont à retrouver sur la page de l'évènement Techno Story.

Tracklist

  1. Ken Ishii - Malfunction Manipulation [Different Is Different] (2018)
  2. Takkyu Ishino - ACIDTEKNODISKOBEAT (Album) [Ki/oon Sony] (2017)
  3. Drunken Kong - The Signs Within (The Advent Remix Part 3) [Tronic] (2017)
  4. Satoshi Fumi - Toriton [We Play House] (2017)
  5. DJ Shufflemaster & Chester Beatty feat. DJ Funk - Our House Music (Akiko Kiyama Remix) [Shiki Kyokai] (2017)
  6. NX1 - 023 (Go Hiyama Remix) [Nexe] (2017)
  7. DJ Wada - The Blue Door / Turn [Dirreta] (2016)
  8. Hiroshi Watanabe - The Leonids [Transmat] (2016)
  9. DJ Sodeyama - Twelve Processing (Album) [Moph] (2015)
  10. Takaaki Itoh - Wols 6 EP [Wols] (2015)
  11. 7th Gate - Rainbow Song [7th Gate Rec] (2015)
  12. O.N.O - Frame Stack [Tha Blue Herb Rec] (2014)
  13. Kuniyuki - Push Button 3 [Nitelist] (2013)
  14. Dave Clarke - Red 2 (A.Mochi Re-Edit) [Boysnoize] (2013)
  15. Ken Ishii Presents Metropolitan Harmonic Formulas feat. Jazztronik - After The Rainstorm (Hideo Kobayashi Remix) [70 Drums / Sublime] (2012)