Photo en Une : © DR

Mortimer est le dernier né des musiciens faits de boulons et de métal. Mis au point par le Britannique Louis McCallum, ce robot se démarque par sa capacité à réagir musicalement à son environnement : à travers la musique, il comprend les signaux qu’il reçoit et y répond en jouant. Son intelligence artificielle lui permet ainsi d'improviser à la batterie, à partir de notes de piano.

Le défi semble colossal, car l’improvisation musicale se construit sur des détails souvent ténus. « Quand tu joues avec d’autres musiciens et que vous improvisez ensemble, il y a beaucoup d’indices que vous vous échangez, consciemment ou non, pour rendre plus facile l’improvisation à plusieurs. Ça peut être visuel avec des regards, des sourires, des hochements de tête, ou des indices musicaux que l'oreille va relever… », explique le musicien et ingénieur du son Patrick Burniston. Mais pour jouer avec Mortimer, impossible de se fier à ces indices.

L’interaction classique est donc remplacée par un petit questionnaire informatisé auquel le pianiste doit répondre : il renseigne quelques encarts concernant la rapidité, la durée et la complexité de l’improvisation qu’il souhaite jouer. Et la magie opère : bâti pour répondre en temps réel aux notes de piano, Mortimer réagit aux notes jouées sur le synthétiseur et la façon dont elles sont jouées. L’intelligence artificielle est programmée pour analyser l’intensité du jeu sur le clavier, ainsi que la durée des notes, ce qui permet à Mortimer de jouer en harmonie avec le pianiste.

Pour rendre l’interaction plus agréable, son créateur lui a donné un visage, et la capacité de mouvoir sa tête au rythme des enchaînements qu’il joue. Plus l’attitude semble humaine, plus le pianiste sera à l’aise pour jouer en duo avec le robot. Et les mouvements de Mortimer sont inspirés des plus grands : quand il lève la « tête » vers le ciel comme s’il était en transe, Mortimer reproduit en réalité un geste qui avait fait la signature de BB King. Mais pas de panique, les robots sont encore loin d’égaler le génie du virtuose du blues.