Photo en Une : © Rebecca Camphens / Thump

Ce n’est pas la première fois que « The Wizard » s’invite dans la maison d’un célèbre artiste. En 2015, Jeff Mills s’était rendu dans la demeure du peintre Rembrandt à Amsterdam pour un enregistrement live. L’année suivante c’était dans le studio du créateur japonais de mangas, Osamu Tezuka à Tokyo, que l’artiste avait élu domicile. Ces trois créations s’inscrivent dans un projet d’album que le vétéran de la techno de Detroit sortira en 2018, « Intuitions Project ». 

Les 24 et 25 octobre prochains, c’est le bureau du célèbre écrivain français Jules Verne qu'investira le fondateur d’Axis Records. « Pour ce nouvel enregistrement, Jeff Mills s’installera dans le bureau de Jules Verne, là où il écrivait ses oeuvres » confirme Elsa Sachet, chargée de la communication du label Axis. 

Pour le DJ et grand amateur de science-fiction, l’idée qui émane de ce projet est réellement de capter l’acoustique et l’atmosphère de la pièce dans laquelle il se trouve et d’être en osmose avec un lieu complètement mythique. « C’est tout ce décor qui va provoquer sa création » poursuit Elsa Sachet. 

Un intérêt pour l’écrivain français que l’artiste avait déjà manifesté en composant une bande-son pour Le Voyage dans la lune, le film de Georges Méliès sorti en 1902 et largement inspiré du roman de Jules Verne, De la Terre à la Lune. Considéré comme le premier film de science-fiction, l’oeuvre du français Méliès a été restaurée sur Lobster Films avec ses couleurs d’origine, accompagnée par la musique de Jeff Mills, en novembre dernier. 

Avant de repartir, Jeff Mills se rendra au Ciné Saint-Leu d’Amiens, mercredi 25 octobre, pour présenter cette mise en musique du Voyage dans la lune. Elle sera précédée d’une diffusion de son travail avec la compagnie de danse japonaise Dairakudakan autour de son album Planets.

   A lire également
Le nouveau projet de Jeff Mills ? Un film en collaboration avec une compagnie de danse butō

L’album en question est une réinterprétation de l'oeuvre pour grand orchestre « Planètes » de Gustav Holst. Sorti cette année, l’opus a été enregistré avec l’orchestre symphonique de Porto.