Photo en Une : © DR

La Mverte, c’est un univers fantomatique. Une ambiance déconcertante, qui nous emmène vers les tréfonds de la musique électronique. Un enchevêtrement de sonorités abstraites qui fait parfois l’amalgame entre la sidérurgie et de l'italo-disco pour un produit final technique et bien ficelé. Cette sphère musicale, La Mverte nous l’avait faite découvrir en 2014 avec son album Through the Circles. Aujourd’hui, le DJ nous prouve qu’il mérite son titre de « chouette nocturne solitaire ».

Avec ce mix, Alexandre Berly de son vrai nom voyage d’une tendance à l’autre : « Cette mixtape pourrait raconter une nuit de perdition, qui commencerait dans un cabaret/cirque Barnum de Montréal, se poursuivrait dans la moiteur d’une backroom à Berlin, avant de s’interrompre dans une ruelle londonienne, puis de reprendre vers la Belgique et se clore six pieds sous terre. » 

« J’écoute et j’aime énormément de choses différentes, même si je pense avoir tout de même un prisme personnel qui lie tous ces ADN plus ou moins transgenres. Dans cette mixtape, on peut aussi bien retrouver un spoken word déviant de Myra Davies, Beate Bartel et Gudrun Gut ─ souvenez-vous de Malaria! ─ que l’avant-dernière sortie de l’excellent label Discos Capablanca, par Sharif Laffrey. Tout comme Ted Milton, DJ Bert & Eagle, récemment réédités sur Stroom, ou même OTTO, Gary Blanchard… Pas de barrières. »

La Mverte sera dans la capitale pour un live le 20 octobre à la Maroquinerie. À peine rentré du festival FME de Montréal, l’artiste se prépare pour la sortie de The Inner Out, son premier LP prévu le 13 octobre. « L’année qui vient de passer fut bien remplie avec la finalisation du disque, et j’avais un peu sacrifié mon temps de recherche et d’inspiration afin de pouvoir terminer dans les délais. Malgré tout, même si je suis heureux de pouvoir recommencer tout ce défrichage qui me plaît tant, j’ai hâte de rempiler pour de prochains disques et collaborations. »