Photo en Une : © Fée Croquer

Pourquoi participez-vous à ce genre d’événements ? Est-ce une volonté personnelle ?

LGML (Drøm) : Nous avons proposé notre participation car pour nous, le partage entre collectifs est important, il permet une évolution favorable de la scène parisienne, quand les philosophies sont en adéquation.

MOLEKÜL : Fée Croquer nous a invités et nous avons accepté avec plaisir. Ça permet de transmettre notre univers musical à un public venu d'horizons différents et de passer un bon moment tout en n’oubliant pas la cause pour laquelle la soirée est organisée.

RAW : Nous avons aussi accepté l'invitation car nous apprécions beaucoup la démarche de vouloir rassembler et mettre en avant les différents acteurs de la scène locale.

Parfait (Possession) : J’ai aussi été contacté par Fée Croquer. J’avais déjà mixé pour le premier événement Kollective Warehouse, j'en garde un très bon souvenir donc j’ai accepté tout de suite.

Vous aviez déjà organisé ou pensé à organiser vous-même une soirée caritative ?

LGML (Drøm) : Nous en avons déjà organisé par le passé, sous d’autres étiquettes, et nous pourrons envisager de nouvelles actions lorsque notre équilibre budgétaire sera rétabli.

Parfait (Possession) : J’y ai pensé plusieurs fois, mais je n'ai jamais transformé l'essai. Honte à moi.

Comment participez-vous à l’effort caritatif ?

LGML (Drøm) : Nous relayons l’événement et mettons à disposition notre réseau qui touche un large public en région parisienne et à l’étranger.

Parfait (Possession) : Je ferai, j'espère, danser les gens. Et comme chacune et chacun, j'apporterai quelques denrées non périssables avec moi.

RAW : Pour soutenir cette belle initiative nous apporterons des denrées et vêtements samedi, afin de confectionner des colis alimentaires pour les sans-abri de la capitale. Nous avons également fait un effort sur les conditions de booking de nos artistes, c’est une autre manière d'être solidaire avec Fée Croquer.

Quelle(s) cause(s) aimeriez-vous défendre également ?

Parfait (Possession) : Il me semblerait naturel d'organiser une soirée caritative au profit d'associations défendant les droits de la communauté LGBTQIA.

LGML (Drøm) : Nous souhaitons intervenir pour aider les intermittents du spectacle, dès que nous le pourrons.

   À lire également
C'est quoi ton crew ? Fée Croquer

Le public est-il le même que celui de vos soirées habituelles ?

Parfait (Possession) : Je pense que oui, la soirée s'adresse à une communauté festive et mélomane. L'aspect caritatif de la chose est un plus mais pas une fin en soi. Pour moi, le public se déplace en majeure partie pour le line-up. Avec toujours, malgré tout, dans un coin de la tête l'impression de participer à quelque chose de juste.

MOLEKÜL : Les personnes participant aux autres soirées où nous nous sommes représentés sont souvent les mêmes, on a pu remarquer un état d’esprit commun qui englobe la quasi-totalité des participants. La plupart des personnes sont souriantes et sociables.

LGML (Drøm) : Il y a des points communs, mais chaque collectif a son identité et son public habituel. Cela permet un brassage, notamment au niveau des générations.

Les soirées sont-elles toujours vectrices de lien social ?

LGML (Drøm) : Nos soirées sont des vecteurs très forts de lien social, on y rencontre toutes les origines, toutes les CSP, nous sommes vraiment des acteurs politiques au sens propre et nous essayons à notre manière de créer un lien social et artistique entre tous.

MOLEKÜL : Oui, lors d’une soirée des liens se créent, tout le monde se rapproche et suit la même ligne directrice : la musique.

Parfait (Possession) : Je pense que le club est une véritable hétérotopie, une bulle quasi autarcique au sein de laquelle les rencontres, les échanges, les liens et les relations sociales fonctionnent sur un modèle à part. Les barrières tombent, avec la danse et la sensation de proximité des corps. J'ai l'impression qu'on partage plus, qu'on a plus vite l'impression de faire partie d'un tout. Souvent j'assiste à des scènes d'entraide, on vient en groupe, on fait attention les uns et aux autres. Je suis toujours impressionnée par le bon déroulement des événements que l'on organise avec Possession. Les gens se mélangent, pédés, gouines, trans, bi, hétéros, boivent, font la fête, et il n'y a quasiment jamais de problèmes. Ça me rend optimiste.

"Nous avons déjà vu des associations se créer grâce à ce genre d’événements."

Ce genre d’initiatives peut-il amener les gens à être plus solidaire et à s’impliquer davantage pour les causes qui leur tiennent à cœur ?

Parfait (Possession) : Pas sûre. Je pense que les gens viennent surtout faire la fête, mais qui sait, c'est peut-être un bon moyen de faire germer une graine qui grandira au fil du temps.

RAW : Ça peut être un bon moyen de faire un premier pas vers le monde associatif. Le concept montre bien qu'on peut allier solidarité et plaisir, et utiliser la fête comme un outil fédérateur.

MOLEKÜL : Il y a des résultats positifs sur la communauté techno à Paris. De plus en plus de jeunes se lancent dans la création de leur propre association/collectif en voulant partager les mêmes valeurs. Fée Croquer donne le bon exemple.

LGML (Drøm) : Ces soirées regroupent plein de gens désireux de s’engager dans une action associative. Nous avons déjà vu des associations se créer grâce à ce genre d’événements, donc oui, ça permet aux gens d’aller de l’avant.



Fée Croquer laisse planer le mystère autour du lieu de la soirée, mais on sait qu'elle aura lieu dans un hangar au nord de Paris. Vous y retrouverez, en plus des crews Possession, Drøm, MOLEKÜL et RAW, BLOCAUS et RVDE de chez Contrast. Et comme d’habitude vous êtes invités à ramener avec vous des denrées non périssables, des produits de première nécessité et des vêtements afin de préparer les colis qui seront ensuite redistribués aux sans-abri dans Paris par les bénévoles de Fée Croquer. Toutes les informations et une liste d’exemples de produits utiles sont à retrouver sur l’événement Facebook.